Épuise-t-on la ressource géothermique sur le long terme ?

Épuise-t-on la ressource géothermique sur le long terme ?
posted by:
La ressource géothermique ne s’épuise pas sur le long terme. En effet, c’est le rôle du dimensionnement que de définir les besoins du client et d’adapter la solution géothermique en fonction. Ainsi, si la ressource est exploitée correctement, il n’y a aucun risque d’épuisement ou de baisse de température conséquente de la ressource. Dans le cadre des sondes géothermiques verticales, la température du sol diminue localement très légèrement pour atteindre un palier au bout de 30 ans avec une perte de l’ordre de quelques degrés. De plus, les installations sont dimensionnées dès le début du projet en prenant en compte cette diminution de température à venir. Il n’y a donc aucun problème d’épuisement de la ressource et de perte de productivité.

Est-ce-que le forage peut être nocif pour les nappes phréatiques ?
posted by:
La première chose à rappeler est que le forage doit être réalisé par un foreur agréé ayant la mention Qualiforage (liste des foreurs sur le site Qualit’ENR). Cela signifie que le foreur a suivi une formation lui permettant de connaitre la législation et les obligations à suivre. De plus, dans le cadre de la pose de sondes géothermiques verticales, la cimentation du puit est vite réalisée empêchant la communication éventuelle entre deux aquifères. Les seuls problèmes ne peuvent ainsi avoir lieu que pendant le forage (période relativement courte). Il est important de préciser qu’il peut exister les mêmes problèmes lors de la réalisation d’un forage d’eau classique réalisé dans un but de captage d'alimentation en eau potable, et qu’on parle donc de techniques éprouvées.

L’exploitation de la géothermie comporte-t-elle des problèmes de sécurité ?
posted by:
La réglementation française donne un cadre strict permettant d’affirmer qu’une unité géothermique ne présente pas de risques spécifiques lors de son exploitation. En effet, il n’y a aucun transport, pas de stockage ou de combustion de matière dangereuse. Par ailleurs, l'ensemble des fluides et des gaz produits par les forages est intégralement réinjecté en profondeur.

Quels sont les avantages de la géothermie de surface ?
posted by:
Les avantages de la géothermie sont nombreux. Ils sont à la fois d’un point de vue environnemental, économique et pratique. Du coté environnemental, la géothermie de surface est une énergie renouvelable et inépuisable puisque la Terre libère continuellement de la chaleur depuis son cœur et est réchauffée constamment par le soleil. Cette énergie est locale, cela signifie qu’elle n’est pas transportée et qu’elle est consommée sur place, sans aucune émission de gaz à effet de serre. Les seuls rejets de CO2 correspondent à la consommation de la PAC en électricité (consommation faible comparée à la quantité de chaleur produite). La performance des installations est très élevée car les technologies sont bien maitrisées et continuellement améliorées. Le rendement annuel moyen d’une installation géothermique est désormais de 400 à 500%. Du côté économique, l’investissement est relativement élevé puisqu’il faut prendre en compte les coûts de l’installation enterrée. En revanche, le retour sur investissement se fait rapidement puisque la PAC utilise une énergie qui est gratuite et accessible. Il ne faut pas payer pour récupérer les calories contenues dans le sol !! Ainsi, 75 à 80% d’énergie est accessible gratuitement… Enfin, la géothermie est disponible 24h/24 et surtout sur plus de 90% du territoire national ! Tout le monde peut donc réaliser de la géothermie dans sa ville ou son jardin. D’un point du vue visuel, la géothermie n’a des impacts que lors des étapes de chantier… une fois les travaux réalisés, la géothermie est invisible ! En savoir plus

Y a-t-il un risque sismique ?
posted by:
Les données régionales de l’état de contrainte sont connues par les expériences passées et le suivi de la sismicité naturelle est réalisé depuis plusieurs décennies. À partir de ces données régionales et de la modélisation des failles et couches géologiques issues de l’interprétation des données géophysiques existantes, un modèle mécanique a été réalisé en collaboration avec des sociétés expertes internationales pour comprendre l’influence des forces en présence dans les failles. Dans le Grand Est par exemple, la campagne d’acquisition des données géophysique réalisée en Alsace au printemps 2015 a permis d’affiner cette première modélisation. En parallèle, un système de surveillance avec des géophones est mis en place avant, pendant et après forage de façon à enregistrer les évènements liés à l’activité de la faille.

Quels sont les inconvénients de ce type de géothermie ?
posted by:
L’inconvénient majeur correspond aux coûts d’investissement qui sont plus élevés qu’une installation ‘historiquement’ traditionnelle. Il faut voir le projet dans son ensemble et prendre en compte le temps de retour sur investissement comparé à une autre solution répondant aux mêmes besoins thermiques. Ensuite, vu que cette énergie est locale, elle n’est pas transportable sur de grandes distances. On peut bien sûr réaliser des réseaux de chaleur et/ou de froid pour chauffer et rafraichir des quartiers entiers.

Comment évolue la radioactivité naturelle de l’eau géothermale ?
posted by:
La micro-radioactivité présente dans les eaux géothermales provient de la radioactivité naturelle des formations rocheuses en profondeur et de la possible présence d’un gaz appelé radon. Le niveau de radioactivité de cette eau géothermale est très faible (en-dessous des normes définies pour les eaux potables, et limitée aux alentours de la tête de puits à quelques mètres). L’eau géothermale présente dans le sous-sol est généralement à l’origine une eau de pluie qui s’est infiltrée dans le sol. Au cours de sa circulation dans les formations rocheuses durant des milliers d’années, l’eau géothermale se « charge » progressivement en différents éléments composant les roches traversées. L’eau géothermale circulant à la profondeur envisagée par les industriels pour son exploitation, c’est-à-dire autour de 4000 m de profondeur, possède des concentrations en sel autour de 100 g/l et présente une composition très proche de celle étudiée sur le pilote de recherche géothermique de Soultz-sous-Forêts. Une infime partie de ces éléments est naturellement radioactive. Ce sont notamment le radon, le potassium et le thorium. Malgré de faible taux potentiellement exprimé, au sein de l’unité de géothermie, les zones « potentiellement exposées » sont signalées et interdites au personnel non autorisé. Un suivi de la radioactivité des installations et des mesures de radioprotection sont mis en place pendant les travaux et durant la vie de l’unité par l'exploitant et par les organismes publics de contrôle. Durant l’exploitation par la centrale géothermique, en raison de la variation de la température et de la pression de l’eau géothermale en surface, des dépôts solides contenant des éléments radioactifs piégés dans l’eau géothermale peuvent s’accumuler dans les échangeurs de chaleur, les filtres et les tuyaux. Il a été considéré que la valeur de radioactivité liée à l’exploitation est relativement faible et, en particulier, la valeur liée à l’environnement ambiant. Par exemple, une valeur de radioactivité de 1 μSv/h exigerait pour un travailleur de passer 1000 heures dans l’environnement immédiat des conduits de transit en surface de l’eau géothermale, soit 166 j/an, afin d’atteindre la limite légale de 1 mSv sur une période de 12 mois consécutifs (*). L’ensemble des préconisations nécessaires à la gestion de cette radioactivité naturelle a été établi avec l’appui de l’Autorité de sureté nucléaire. (*) Pour donner une meilleure idée du niveau d’exposition potentiel des personnels directement en contact avec les installations, il est intéressant de comparer avec des exemples de l’exposition naturelle et la médecine humaine. Par exemple, en France, la dose naturelle moyenne reçue par an pour un individu est de 2,6 mSv, venant principalement de l’exposition au radon, mais aussi des radiations cosmiques et telluriques. Une exposition liée à une radiographie thoracique est de l’ordre de 5,7 mSv.

Comment dois-je initier mon projet ?
posted by:
Pour savoir si une installation en géothermie de surface est possible chez vous, vous pouvez : Contacter un installateur de pompe à chaleur réalisant des installations en géothermie si vous êtes un particulier (voir la liste sur le site Qualit’ENR rubrique trouver un professionnel QualiPAC). Contacter un bureau d’étude thermique ou en géosciences si vous réalisez une installation d’envergure (voir la liste des adhérents de l’AFPG rubrique bureau d’études). Dans les deux cas, les professionnels vous aideront à monter vos projets !   En parallèle, demandez-vous quels usages vous souhaitez satisfaire grâce à la géothermie : certainement le chauffage, mais avez-vous pensé à l’eau chaude et au rafraîchissement ?

Quels sont les contrôles ?
posted by:
La surveillance des puits est réalisée par des capteurs de surfaces et un contrôle par diagraphie tous les 3 ou 5 ans selon que ce soit un puits d’injection ou de production. Pour la protection de la nappe, un système de piézomètres permet l’analyse ponctuelle et périodique des eaux phréatiques. Pour les risques sismiques, un réseau de géophones permet la surveillance en temps réel des événements liés à l’activité de forage et d’exploitation dans le sous-sol. Pour les risques de fuites de gaz présents en sous-sol, des capteurs autour de l’unité détectent les fuites éventuelles en temps réel. De plus, l’unité est dotée de plusieurs systèmes de contrôle pour vérifier en continu son bon fonctionnement. Enfin, l’installation est soumise aux campagnes de surveillance périodique des organismes publics.

Ai-je des démarches à réaliser pour déclarer mes forages/installations ?
posted by:
Dans le cadre de la GMI (Géothermie de Minime Importance), une simple déclaration des forages auprès du Code Minier suffi. Elle remplace la demande d’autorisation qui était obligatoire dans le passé. Ce cadre réglementaire permet donc une simplification des démarches puisque le foreur doit juste déclarer les forages auprès du code minier via le site Géothermie Perspectives. Pour ce qui est de l’installation de la PAC, aucune démarche n’est à réaliser, sauf bien sûr si vous êtes dans le cas d’une installation industrielle de type SEVESO. En savoir plus sur la GMI

Result 31 - 40 of 54

L’agenda de l’AFPG et de GEODEEP

 

Bureau

13AVRIL2023

 

de 9h30 à 12h30 à l’AFPG

09MAI2023

 

de 9h30 à 12h30 à l’AFPG

13JUIN2023

 

de 9h30 à 12h30 à l’AFPG

 

Conseil d’administration

13AVRIL2023

 

de 14h00 à 17h00 à l’AFPG

 

Réunion des adhérents

01MARS2023

de 17h00 à 20h00 à l’hôtel Hanauer Hof à Appenweier, Allemagne

 

 

Assemblée générale ordinaire

13JUIN2023

 

de 14h00 à 17h00 à l’AFPG

 

Réunion Cluster GEODEEP

15MAI2023

 

de 9h30 à 12h30 à l’AFPG

 

Journée de sensibilisation en régions

Consultez les présentations

Consulter la liste des adhérents

afpg-adherents

Consultez et réalisez vos fiches opération

boutin-fiche-operation