2 – Captage horizontal

Les capteurs horizontaux pour PAC individuelle

Le capteur horizontal est le système de captage traditionnellement utilisé en France pour le chauffage par géothermie.

capteur-horizontal

 

La puissance moyenne que peut puiser un capteur horizontal est d’environ 20 à 25 W/m2. Elle dépend de la conductivité thermique du terrain (nature du sol) et peut varier de 10 à 35 W/m2.

 

 

Le Principe

Le capteur horizontal est constitué principalement de tubes en polyéthylène dans lesquels circule de l’eau glycolée (eau + antigel) en circuit fermé.

Les tubes sont généralement enterrés à environ 80 cm sous le sol (ou plus précisément 20 cm en dessous du point de gelée de la région).

Etant donnée la faible profondeur de l’enfouissement des tubes, l’énergie géothermique proprement dite ne revêt qu’un rôle secondaire. On parle alors d’énergie géosolaire. En effet, l’énergie que l’on récupère dans le sol provient essentiellement du rayonnement solaire, du vent et de la pluie par l’infiltration qui chauffent les premiers mètres de sol.

Cette surface peut -être recouverte de gazon, d’un potager ou de massifs floraux, mais en aucun cas d’arbres (à cause des racines).

Le capteur ne peut pas être installé sous l’habitation, sous la piscine, sous une surface imperméable (terrasse, allée de garage en béton…) pour des raisons évidentes de non recharge du sol en température.

Des distances minimales doivent être respectées entre les capteurs et les autres éléments du site :

  • 2 mètres pour les arbres,
  • 1,5 mètre pour les réseaux enterrés non hydrauliques,
  • 3 mètres pour les fondations, puits, fosses septiques, évacuations, etc.

ATTENTION – Il ne faut pas sous dimensionner un capteur « géo-solaire » !

En effet, les calories qui sont présentent naturellement dans le sol sont apportées de façon continue par le rayonnement solaire, le vent et le ruissellement des eaux de pluie. Afin de ne pas déséquilibrer cet apport permanent d’énergie, la pompe à chaleur géothermique doit prélever une quantité de calories inférieure à celles qui sont apportées par le terrain. C’est uniquement en respectant cette règle que le terrain ne s’épuisera pas.